fbpx

HANNAH PETERS

Fondatrice Digi Atlas

(experte stratégie marketing digital et contenu)

Hannah Peters

Porter un prénom-palindrome (prénom qui se lit dans les deux sens), c’est déjà peu commun (Google en recense 15 au total).

Et s’appeler Hannah (avec 2 H), ça l’est encore un peu moins 🙂

Comme la lecture de son prénom, Hannah a parfaitement conscience du poids des mots et de la manière dont on peut voir les choses.

Pour elle, une même action peut être appréhendée à double sens !

En noir ou blanc. De façon négative ou positive. 

Et cette action peut être réalisée de mille façons différentes.

« Ça peut foirer ou marquer les esprits. Ce qui fait la différence, c’est d’être aligné.e avec qui on est et surtout faire vivre son génie créatif. Car, tout le monde en a un ! Chez Digi Atlas, la créativité est source d’ingéniosité car elle permet d’aller vraiment à contre-courant ».

Avec une Maman Artiste (avec un grand A),

Un Papa qui reprend 7 ans d’études en parallèle de son job à plein temps (pour devenir avocat à 37 ans),

Des grand-parents rescapés de la seconde guerre mondiale et résistants de surcroît,

Du sang viking, baltique, russe, balkanique et celte,

Hannah a la bougeotte et une détermination sans faille !

On comprend pourquoi.

Baroudeuse dans l’âme, ce qu’elle préfère c’est explorer le monde en sac-à-dos « et en roulotte », en toute authenticité et simplicité.

Avec toujours cette même énergie de briser les codes pour faire bouger les choses, supprimer le surfait et aider ! Et, toujours avec le sourire !

Ne voulant pas rentrer dans les cases du salariat, elle décide, très tôt de co-créer (à la force d’une souris, d’un clavier et un peu de matière grise) son premier site web (dans le domaine du funéraire).

Un thème qu’elle ne s’explique pas encore.

Et à côté, elle se lance en freelance !

« Au départ, j’ai fait l’erreur d’avoir un client qui occupait 80% de mon temps !

Seulement, il m’apportait des missions sur un plateau d’argent et j’apprenais à vitesse grand V !

J’avais tellement peur de manquer de missions que je travaillais doublement pour en prendre toujours plus (je refusais de dire que j’étais vraiment débordée). Je ne facturais sûrement pas assez cher la journée (même si je n’avais que 23 ans).

Mais avoir un client presque unique, c‘est trop dangereux pour la pérennité de son business.

Alors, peu à peu, j’ai élargi mon portefeuille et jonglé jusqu’à 9 clients en même temps, puis sous-traité et collaboré. J’ai même accepté de travailler sur des projets avec lesquels je ne partageais pas du tout les mêmes valeurs (au point de frôler un gros Burnout). C’était une leçon.

Jusqu’au jour où je me suis sentie épanouie. Je pouvais enfin gambader et travailler. Puis, bien vivre !

Et c’est parce que que je me sentais seule quand j’ai démarré,

parce que j’ai cumulé plein d’erreurs,

parce que je veux faire gagner du temps à tout ceux qui se lancent,

parce que je veux leur offrir une énergie positive et contagieuse,

que j’ai crée Digi Atlas, une école pour propulser les freelances, entrepreneurs et indépendants !

Et dire qu’en 2013, on me regardait comme un ovni quand je prônais l’indépendance comme un modèle de vie …  !

Finalement, je me dis que le FREE de freelance est le symbole de la nouvelle liberté d’être et celle de façonner son travail selon ses propres volontés, sans suivre le schéma pré-établi par la société et la famille.

Son crédo ?

  • « La vie a le goût qu’on lui donne ! Rien ne sert donc de geindre »

Ok capitaine !

Son sujet de conversation du moment ?

  • Les synchronicités = Il n’y a pas de hasard dans la vie, il faut juste être attentif aux signaux pour comprendre quoi faire et pourquoi.

(Au bureau, on entend parler que de ça) 🙃

Vous souhaitez en savoir plus sur notre formation et nos experts ?